Captain' Fourchette

La spiruline, la cure pour assurer en automne  

Temps de lecture : 10 mn

Hello captain' !

Ça y'est, l'automne s'est installé... Tu rêves de retourner à la plage et de sentir le soleil caresser ta peau ? Tu déprimes et te projette déjà à l'été prochain ? Ne t'en fais pas, on a la solution pour garder la tête hors de l'eau. Notre naturopathe, Isabelle Mante, va te décrypter les bienfaits de la spiruline et comment elle va pouvoir sauver ton automne et ton hiver !

La spiruline, qu’est-ce-que c’est ?

La spiruline est souvent mentionnée pour un meilleur bien-être au niveau nutrition, sportif et même au quotidien. 

Contrairement à ce qu’on pense, la spiruline n’est pas une algue mais une cyanobactérie du genre Arthospira, des bactéries photosynthétiques microscopiques. On la trouve souvent sous forme séchée et broyée, ou compactée en comprimés.

Traditionnellement, elle était consommée sous forme de galettes, et était un aliment traditionnel des peuples aztèques. Dans les années 70, la découverte de ses nombreuses qualités vont lui donner une renommée pour supplémenter une alimentation carencée, ou pour un apport de vitamines et minéraux, dont elle est riche.

Sa composition :

La spiruline contient énormément de protéines (en moyenne 60%). Elle est très riche en vitamine A, E, D, B1, B2, B3, B6, B8,K (les vitamines B sont importantes pour le système nerveux). Elle est aussi très riche en minéraux : calcium, phosphore, magnésium, zinc, cuivre, manganèse, chrome, sodium, potassium, sélénium, et surtout du fer.

Elle contient aussi beaucoup de chlorophylle et de pigments : les phycocyanines, naturellement présents dans les végétaux. C’est ce qui lui donne sa jolie couleur bleu-verte.

Elle est également riche en enzyme (dont la SOD : Superoxyde Dismutase, qui contient du fer), en acides gras oméga 6. Sa composition détaillée montre qu’elle peut être intéressante pour palier à certaines carences micro nutritionnelles, notamment en Fer.

Source : https://ciqual.anses.fr/#/aliments/11086/spiruline-(spirulina-sp.)-sechee-ou-deshydratee

Comment est-elle fabriquée ?

Des productions naturelles de spiruline existaient par le passé, dans certains lacs d’Afrique, en Ethiopie ou au Kenya. Mais l’activité humaine l’a supprimé de ces lieux.

Aujourd’hui, la spiruline est cultivée dans des bassins aquatiques, couverts ou pas. La température est comprise entre 30 et 35°C, et l’eau doit être alcaline.

Après la multiplication des cyanobactéries dans le bassin, elle est filtrée et séchée. Elle est ensuite concassée ou broyée pour être consommée sous forme de paillettes ou de poudre. La poudre peut être compactée pour en faire des comprimés.

Sa production permet d’avoir une grande quantité d’éléments nutritifs dans une petite surface (environ 9 tonnes de protéines à l’hectare, contre 1 tonne pour le soja).

Il est important que le milieu de culture soit de grande qualité, car elle risque de développer des bactéries néfastes pour la santé.

Une spiruline de qualité, un point indispensable à vérifier :

Le milieu de culture de la spiruline est susceptible d’être contaminé par des métaux lourd, des toxines ou des bactéries. Il est donc indispensable de s’assurer de la provenance et de la qualité de la spiruline. Les productions de spiruline en France sont souvent bien contrôlées, et sont donc à privilégier. Le mode de transformation doit être bien suivi, en matière de température et de séchage, afin d’éviter d’altérer la qualité micro nutritionnelle de la spiruline.

Pourquoi consommer de la spiruline ?

Les nombreuses qualités nutritionnelles de la spiruline ont conduit les fabricants à la présenter comme l’aliment du futur. Dans des régions du monde où la culture de légumes et de fruit, et l’accès à l’alimentation compliqué, la spiruline est apparue comme une option intéressante pour palier à la famine de certaines régions. De ce fait plusieurs organisations continuent à examiner cette possibilité.

Dans quel cas la spiruline a montré ses effets ?

Comme tous compléments alimentaires, on peut parfois vous donner l’impression que c’est LE complément qui va résoudre tous vos problèmes. Dans cette liste, nous allons donc parler des bienfaits qui ont fait l’objet de recherches.

Des effets hypolipémiant ou hypocholestérolémiant : diminution de la stéatose hépatique (excès de triglycérides dans le foie), normalisation des taux de cholestérol, baisse des triglycérides.

(Sources : R. Deng, T. J. Chow, « Hypolipidemic, antioxidant, and antiinflammatory activities ofmicroalgae Spirulina », Cardiovasc. Ther., vol. 28, no 4, 2010, p. 33-45. doi: 10.1111/j.1755-5922.2010.00200.x.)

Des effets anti-inflammatoires : moins de cytokines pro-inflammatoires. L’inflammation de bas grade (peu élevée mais présente de façon constante), est souvent le siège du développement de certaines pathologies.

(Sources : R. Deng, T. J. Chow, « Hypolipidemic, antioxidant, and antiinflammatory activities ofmicroalgae Spirulina », Cardiovasc. Ther., vol. 28, no 4, 2010, p. 33-45. doi: 10.1111/j.1755-5922.2010.00200.x.)

Modulation de l’immunité : augmentation des lymphocytes NK (Natural Killer), qui ont un rôle pour tuer les cellules tumorales et les cellules infectées.

(Source : W. Y. Choi, D. H. Kang, H. Y. Lee, «  Enhancement of Immune ActivationActivities of Spirulinamaxima Grownin Deep-Sea Water », Int. J. Mol. Sci., no 14, 2013, p. 12205-12221)

Lutte contre les bactéries : des études ont montré l’efficacité de la spiruline sur certaines bactéries pathogènes, notamment E.coli et S.aureus. 

(Source : M. A. Qureshi, R. A. Ali et R. Hunter, Proc 44th. Western Poultry Disease Conference, Sacramento, California, 1995, p. 117-121.)

Une action antivirale : la spiruline est capable de réduire la réplication virale, elle est donc intéressante en complément lors d’infections virales.

(Source : Kulshreshtha, A. J. Zacharia, U. Jarouliya, P. Bhadauriya, G. B. Prasad, P. S. Bisen, « Spirulina in health care management », Curr. Pharm. Biotechno., no l9, 2008, p. 400-405)

Des propriétés antioxydantes : grâce à la C-phycocyanine, aux Bêtacarotènes, et au tocophérol, la spiruline peut retarder les dommages oxydatifs, et donc éliminer les radicaux libres

(Source : J. C. Ponce-Canchihuaman, O. Perez-Mendez, R. Hernandez-Munoz, P. V. Torres-Duran, M. A. Juarez-Oropeza, « Protectiveeffects of Spirulina maxima on hyperlipidaemia and oxidative-stressinduced by lead acetate in the liver and kidney », Lipids Health Dis., no 9, 2010, p. 35)

Happy Pumped Up GIF by Originals

Comment bien choisir sa spiruline ?

De nombreux pays produisent de la spiruline à grande échelle, avec des normes de qualité différentes de celle de la France. Les contrôles sanitaires sont moins nombreux, voire absents.

Si l’environnement n’est pas sain, la spiruline pourrait absorber des métaux lourds. Il est donc préférable de choisir une spiruline produite en France.

Avant de vous décider, prenez le temps de vérifier le mode de séchage, qui a un impact sur la qualité micro-nutritionnelle de la spiruline (plus elle est séchée rapidement, plus elle perd de ses bienfaits).

Le mode de séchage solaire est le plus doux et le plus naturel, mais pas toujours possible. Un autre mode de séchage est donc utilisé : séchage convectif à basse température, qui va préserver les qualités de votre spiruline. Il est important d’éviter le séchage à haute température.

Enfin, vérifiez que le produit que vous achetez ne contient pas d’additifs !

Quelle forme de spiruline choisir ?

La spiruline se consomme sous 3 formes : poudre, paillettes, comprimés, gélules.

  • Les paillettes : la forme la moins transformée. 
  • La poudre : les paillettes sont broyées pour constituer une poudre fine.
  • Les gélules : la spiruline en poudre est simplement mise en gélules
  • Les comprimés : la poudre est agglomérée.

Les deux premières formes (paillettes et poudre) sont plus pures. Les gélules peuvent être d’origine animale (gélatine de porc ou de bœuf) ou végétale et contiennent très peu de spiruline. Les comprimés altèrent la qualité nutritionnelle, il faudra donc en prendre plus pour le même effet.

Comment consommer la spiruline ?

La spiruline en poudre et en paillette peut facilement s’intégrer à certains de vos aliments : compotes, yaourts, soupes (attention de ne pas la chauffer), saupoudrée sur vos légumes. 

Son goût métallique ne plaît pas à tous, testez avant de l’intégrer à vos recettes. 

Quelle quantité de spiruline consommer par jour ?

La consommation de la spiruline dépend de l’objectif. Si vous souhaitez avoir un apport nutritionnel complémentaire, une cuillère à café par jour est suffisante. 

Dans le cas d’une carence particulière (par exemple en fer), vous pouvez augmenter la consommation jusqu’à 2 cuillères à café par jour.

Pour les comprimés, il faut compter entre 6 et 8 comprimés par jour

L’idéal est de consommer la spiruline plutôt le matin, et pendant un repas, par cure de 3 à 6 semaines, selon les cas. Vous pouvez aussi trouver des recettes sur internet à base de spiruline pour l’intégrer à vos plats.

Ou acheter la spiruline ?

Les spirulines vendues en magasin bio, et en pharmacie sont souvent issues de production à grande échelle en Chine, ou à l’étranger.

Si des salons bio ont lieu près de chez vous, renseignez vous sur la présence des producteurs, que vous pouvez alors rencontrer sur place !


L'auteur.e
Isabelle Mante
bien-être / alimentation / santé mentale / stress / fatigue / anxiété / spiruline / cure