Captain' Mental

La santé mentale des hommes: un tabou

Dans certains cultures on perçoit la dépression et les difficultés psychologiques comme un signe de faiblesse, d'autant plus chez les hommes. Il est temps de briser ces tabous !

3mn

Hello Captain’

Depuis notre tendre enfance nous sommes formatés à penser que les femmes sont sensibles et les hommes forts.
Dans l’inconscient collectif un homme doit être fort et ne pas montrer ses émotions par peur d’être qualifié de « faible ».
Mais alors quelles sont les conséquences sur la santé mentale masculine ? On t’explique tout.
"Dans certaines cultures et notamment en France, on perçoit la dépression comme un signe de faiblesse."


Les chiffres : 

Les femmes sont 2 fois plus susceptibles de connaître la dépression que les hommes. Plus on va dans les pays du Nord où la parité est importante, plus le ratio se rapproche de 1 femme pour 1 homme, alors que dans le Sud, on peut aller jusqu'à un ratio de 4 femmes pour 1 homme.*

 Les répercussions psychologique : 

On pourrait donc penser que les chiffres ne reflètent pas la réalité. Les hommes expriment leurs émotions de façon différente, la dépression peut être plus difficile à identifier. Dans certaines cultures et notamment en France, on perçoit la dépression comme un signe de faiblesse, on pense que les hommes ne pleurent pas et sont capables de contrôler leurs émotions. À cause de ces croyances, beaucoup d’hommes tardent à chercher de l’aide et souffrent.

Les maladies mentales auxquelles les hommes peuvent faire face sont diagnostiquées plus tardivement ou parfois ne sont pas diagnostiquées du tout. Les répercussions sur leur vies peuvent être dramatiques. Les hommes sont beaucoup plus nombreux à se suicider que les femmes : ils représentent trois quarts de ce type de décès.


Chez Captainzen on est convaincu que le changement ne peut s’opérer qu’avec de la bienveillance et de la tolérance. Le seul moyen est de déconstruire tes idées reçues et de réapprendre à t’écouter. Les émotions ne sont pas un danger mais une tirette d’alarme pour mettre en lumière un problème. 

Antoine, fondateur de la marque de CBD Tilyo témoigne :

"Je me suis rapidement retrouvé dans une spirale infernale menant tout droit au burnout."

C’est durant le 1er confinement qu’Antoine, 26 ans, fondateur de la marque de compléments alimentaires Tilyo est confronté à une situation extrêmement stressante :

"J'étais en voyage en Colombie juste avant que le confinement ne soit annoncé en France. À l'époque, je travaillais pour une start-up qui se développait très rapidementet j’avais déjà de grosses responsabilités pour mon âge (...) Je me suis rapidement retrouvé dans une spirale infernale menant tout droit au burnout. J’ai commencé à faire des insomnies, à avoir des palpitations, à me sentir très mal.

Je me suis rendu compte que personne autour de moi, aucun de mes amis surtout masculins ne parlait de stress et surtout que rien de vraiment efficace et naturel n’existait… Ce qui m’a aussi frappé en tapant "dépression des hommes” sur Google c’est qu’il n’y a que des articles et des études canadiennes ou suisses, presque aucun article français… Nous sommes très en retard sur le sujet malheureusement… »

Quelles solutions ?

L’huile de CBD, même si elle ne remplace pas l’expertise d’un professionnel, peut être un bon complément pour gérer son angoisse et son stress au quotidien mais il est essentiel d'être accompagné par un professionnel de santé.

Si tu te reconnais dans le témoignage d’Antoine et que tu souhaites prendre rdv avec un praticien qualifié pour t’accompagner, nos experts CaptainZen sont là pour t’aider.


N’oublie pas Captain’, demander de l’aide n’est pas une faiblesse mais une force.



*Docteur Maryse Hourtané sur Madame Figaro


L'auteur.e
Santé mentale/ Stress / CBD / Burn out / Angoisse / tabou / Psychologie / Aide