Captain' Mental

La charge mentale des enfants : danger !

On a lu le livre de Aline Nativel Id Hammou, psychologue et auteure de "La Charge mentale des enfants" et on t'explique tout !

5 mn

Hello Captain'

Aline Nativel Id Hammou, psychologue et auteure de La Charge mentale des enfants (Larousse) révèle un point essentiel dans l’éducation de nos enfants. Si la charge mentale n’est plus un sujet tabou chez la femme et même chez l’homme, celle supportée par nos enfants s’avère encore méconnue.

Qu’est ce que la charge mentale des enfants ? Quels sont les dangers ? Comment l’éviter ? On a lu avec attention le livre de Aline Nativel Id Hammou et on te dit tout ! 

Selon un sondage IPSOS 58% des 8-10 ans et 71% des 11-14 ans s’inquiètent de pouvoir trouver un travail à la fin de leur étude

Non, les adultes ne sont pas les seuls à souffrir de charge mentale. Entre la pandémie, la fermeture des écoles, le port du masque, les relations sociales complètement changées,  la multiplication des activités et les injonctions à répondre aux attentes des adultes, les enfants ne sont plus des enfants. 

“Ils ont de moins en moins d’espace de liberté psychique”, explique la psychologue.  

Alors concrètement la charge mentale des enfants c’est quoi ? « c’est un ensemble d’opérations mentales qui envahissent l’enfant et qui saturent sa sphère cognitive, émotionnelle et psychologique » explique Aline Nativel Id Hammou, psychologue clinicienne, spécialisée dans le domaine de l’enfance.

Comment est-elle provoquée dans la vie de tous les jours ?

1- Le monde des adultes 

En observant leurs parents-et le monde- traverser cette pandémie, la crise économique, le chômage... Les enfants prennent conscience trop vite de la dure réalité de la vie d’adulte et s’en inquiètent naturellement. Ils intériorisent ces difficultés et essayent d’opérer un contrôle sur elles en agissant sur ce qu’ils peuvent eux-même contrôler : l’école, leur relations sociales.

Certains enfants peuvent se mettre une pression trop forte pour "réussir à tout prix” sur-investissant leur réussite scolaire ou extra scolaire. Si les parents ne doivent pas minimiser les enjeux professionnels dans l’avenir de leurs enfants il est capital selon la psychologue de les laisser : « s’investir dans des activités et une scolarité qui leur conviennent. C’est-à-dire en adéquation avec leur propre personnalité, leurs goûts et leurs envies pour qu’ils puissent être armés psychologiquement à se construire et aborder leur avenir sereinement »

 

2- Mon mini-moi 

Parfois les parents ont tendance à considérer les enfants comme des adultes, en leur parlant ouvertement, ou encore à des extensions d’eux mêmes , des “mini-moi”. Ce qui est loin d’être le cas.

L’enfant n’est ni une projection idéale de son parent en version miniature, ni un adulte. Les enfants se retrouvent ainsi avec des responsabilités et devoirs qui ne sont pas de leur âge. 

Il faut rendre à l’enfant son statut d’enfant. 

L’enfant doit vivre et apprendre de ses propres expériences. Cela peut être en le laissant toucher la nourriture, même s’il en met partout, ou encore le laisser s’allonger dans l’herbe même si cela tache ses vêtements.

Attention : « Cela ne veut pas dire qu’il faut lui céder tous ses désirs. Il y a une différence entre désir et besoin. Mais il ne faut pas être trop exigeant, cela reste un enfant ».

Kids Playing GIF by moodman

3. Fais pas ci, fais pas ça ! 

Il faut éviter l’hyperstimulation qui ne ferait qu’ajouter stress et contrainte à sa journée. Cours de piano le lundi soir, natation, cours d’anglais le mercredi puis danse le samedi. L’enfant peut rapidement se retrouver avec un emploi du surchargé qu’il n’est pas en mesure de mentaliser et de supporter. 

Cette injonction à suivre telle ou telle activité, pourrait provoquer chez l’enfant un sentiment de ne pas être à la hauteur des attentes de ses parents et entraîner un déséquilibre psychoaffectif.

Si l’enfant aime naturellement apprendre, découvrir et explorer, la sursollicitation représente une source d’angoisse à gérer, analyser et mémoriser pour lui. 

Comment la charge mentale des enfants se manifeste-t-elle ?

Cette charge mentale trop importante peut se manifester de différentes manières : baisse de moral, trouble émotionnel, douleurs physiques, somatisation, fatigue (insomnie, somnolence), épuisement, perte des capacités et compétences, lassitude, troubles du comportement et/ou alimentaires, baisse de la concentration, de l’attention etc.. Aline Nativel Id Hammou livre quelques paroles d’enfants évocatrices de cette charge mentale : 

« Maman et papa sont très intelligents, je dois être pareil. Je ne veux pas devenir un SDF comme celui que je vois tous les jours à côté de l’école » ou encore « Je fais du violon, c’est très dur et je n’aime pas du tout. Mais maman adore le violon ».

Comment soulager la charge mentale de l’enfant ?

1- Favoriser la libre communication avec son enfant.

« Il faut agir et ne pas s’enfermer dans de la culpabilité ou du déni, faire prendre conscience à son enfant qu’il n’est pas responsable de la situation et reconnaître que les parents en sont en partie responsables » explique la psychologue Aline Nativel Id Hammou.

2. Evaluer son niveau de fatigue morale et physique 

Il faut apprendre à évaluer son niveau de fatigue physique et morale pour mettre en place des actions. Dans le livre La charge mentale des enfants, l’auteure propose des exercices. Par exemple, elle utilise Léon le lémurien auquel l’enfant peut colorier de 0 à 10 larmes. Plus il dessine de larmes, plus il est triste. 

3. Laisser la place à l’enfant d’exister en tant que tel 

En communiquant, en laissant la place à l’enfant d’exister, d’être lui-même et l’aider à comprendre que quoi qu’il décide de faire ou non, l’amour de ses parents est indéfectible. C’est un pas énorme pour alléger sa charge mentale. La famille doit changer ses habitudes, gagner en légèreté, respecter les besoins de calme, de pause de l’enfant. Tout cela doit passer par l’expression des émotions, des sentiments, les encouragements et les félicitations.

Opter pour une attitude de renforcement positif en le félicitant et en l’encourageant dans ses choix même les plus petits.


L'auteur.e
Enfants / Charge mentale / Parents / Éducation / Stress / Anxiété / Angoisse / Insomnie / Fatigue / Repos / Relaxation